Dix ans de colère ! (édito été 2009)

Date 4/7/2009 18:59:23 | Sujet : #19 - Été 2009

Avis de tempête chez les capitalistes : la crise sévit et les actionnaires geignent. Les profits record des années précédentes s’effacent. Les tauliers du Cac 40, du Nasdaq et du Dow Jones cherchent à sauver leurs dividendes en licenciant, en délocalisant, en tapinant auprès des banques publiques, en appelant à la rescousse les chiens serviles qu’ils ont fait élire à la tête des États les plus riches du monde. Mais la population répond : « Nous ne paierons pas leur crise ! » Les séquestrations de patrons se multiplient. Qu’elles se poursuivent, qu’elles enflent, que la peur change de camp ! Et que les luttes des travailleurs et des sans-droits rejoignent celles des écorchés et des arrachés, ceux qui veulent foutre le feu aux banques, aux prisons, aux hôpitaux psychiatriques, à leurs quartiers pourris. C’est ensemble qu’on inversera la donne, ensemble qu’on fera ravaler leur morgue aux nantis.
Dix ans, ça fait dix ans qu’on fait ce fanzine. Dix ans, c’est un bel âge et une belle aventure. Dix ans de rencontres et de joies, de déceptions parfois. Jamais au cours de ces dix dernières années nous n’avons ressenti cette imminence des lendemains rouges et vengeurs, cet air de révolution, cette rage qui monte. Les États ne s’y trompent pas. Morts de trouille, ils embastillent et répriment. Nous sommes en 1788, tout est possible. Pour fêter notre anniversaire, que monte la colère et s’allument les brasiers !

« La meilleure des polices c’est ton taf, ta télé, tes crédits, tes anxiolytiques, neuroleptiques, antidépresseurs. Et tout ce que tu prends pour pleurer moins fort la nuit. La meilleure des polices, c’est tes sourires forcés, tes retenues sur salaire et le découvert avant la fin de la semaine. C'est la peur de faire un pas, puis deux, puis trois ; parce qu'enfant on t’a dit que t’étais une merde et que t’as fini par le croire. La meilleure des polices, c’est quand les pauvres savent rester à leur place sans besoin de les matraquer, de leur coudre la mâchoire, de les mettre au cachot. La meilleure des polices, c’est ce qu'on apprend de mieux du berceau au tombeau… » « La meilleure des polices », La Rumeur.



Cet article vient de BARRICATA
http://contre.propagande.org/pravda

The URL for this story is:
http://contre.propagande.org/pravda/article.php?storyid=230